COVID-19 : Garde d'enfants, parents et professionnels

Menu de navigation

Agrégateur de contenus

Faire face à l’épidémie de Coronavirus : le dossier dans Le Coin des Parents

Imprimer

Faire face à l’épidémie de Coronavirus : le dossier dans Le Coin des Parents

Vous y trouverez toutes les informations officielles ainsi que des conseils et des ressources pour organiser la vie à la maison pendant le reconfinement.  

Et pour les nombreuses personnes qui télétravaillent, quelques suggestions pour mieux articuler vie de famille et télétravail 

Mettre en place une routine et s’y tenir 

Le télétravail, surtout dans cette période de reconfinement, risque de générer une forme de « laisser aller ». A la clé, une perte de repères et des relations professionnelles qui peuvent se dégrader. Pour éviter ce travers, on garde le bon rythme sans changer de routine : on prend sa douche et son petit déjeuner à la même heure et on se force à s’habiller comme si on allait “au bureau”.  

A l’inverse, le télétravail peut être à l’origine de stress, d’épuisement psychologique, ou encore d’insomnies. En cause, une désynchronisation des horaires de travail, avec un déjeuner avalé sur le pouce et des journées à rallonge. Pour éviter cela, on se fait un planning journalier. Et on se réserve des plages de déconnexion. On ne consulte pas ses mails durant le déjeuner. Et, évidemment, on ne fait pas l’impasse sur de vrais week-ends. 

L’un des grands vices des télétravailleurs en général et plus encore de ceux qui sont parents, c’est de se sentir coupables. Un peu parce qu’ils ont l'impression de délaisser leurs enfants alors qu’ils sont à la maison et un peu car ils ont peur de ne pas être aussi performants qu’en présentiel. Or il faut se rappeler qu’on n’a pas plus de choses à prouver en télétravail qu’en présentiel.  D’autant que, même en lançant une machine à 11h et en se faisant un petit goûter à 16, on reste plus productif qu’en open-space, avec une heure de transport par jour en plus. 

Et puis, privés de pause-café et sans temps de transport, en restant à la maison, l’employé voit ses petits breaks disparaitre. En effet, en présentiel, il bénéficie de sas de décompression. Cela peut être le fait de prendre les transports, pendant lesquels on écoute la radio ou on appelle un ami, cela peut être le fait de discuter avec un collègue, à la machine à café ou au détour d’un couloir. Ce sont des moments à soi. Or, en télétravail, il n’y a plus ces sas-là. Il est donc important de garder ces temps de respiration: faire quand même une pause-café ou jouer avec les enfants peu importe, le but étant simplement de déconnecter quelques instants. 

Et puis on garde le contact avec ses collègues et son encadrement par téléphone ou encore mieux par vidéoconférence. Aujourd’hui, de nombreux outils collaboratifs sont aussi à disposition pour combattre le sentiment d’isolement tout en se ménageant des pauses. 

Expliquer aux enfants et réorganiser son temps 

Parce que ce nouveau rythme les impacte, il faut prendre du temps pour expliquer aux enfants pourquoi la vie de famille change de nouveau. Le tout étant de leur faire comprendre que même si les parents sont là physiquement, ils ne sont pas pour autant disponibles.   

Pour le parent, la compartimentation doit avant tout être psychologique : quand je suis au travail, je suis professionnel. Je redeviens un parent quand les heures dédiées au boulot sont terminées. Et une fois que je ferme mon outil de travail, j’évite d’y revenir. Pour rendre cette nouvelle routine plus lisible, on peut faire un planning sur lequel sont inscrits dans des couleurs différentes, tous les temps de travail et de non-travail. 

Réorganiser son espace et soigner son poste de travail 

Il est primordial de séparer l’espace de travail et l’espace de vie de famille. Quand c’est possible, le plus simple reste de donner à une pièce la fonction de bureau. Si l’espace ne le permet pas, une astuce est de prendre du scotch et délimiter au sol une zone autour du bureau que l’enfant ne peut franchir que si son parent l’y autorise. Et quand l’enfant ne sait pas lire, on peut afficher un pictogramme, un sens interdit par exemple. Quand il sait lire, un message simple comme "tu peux toquer et entrer doucement” ou “tu ne peux pas entrer pour l’instant”. 

Parmi les « dommages collatéraux » du télétravail figurent en bonne place les TMS, ces troubles musculosquelettiques aussi sournois qu’invalidants. A l’origine, bien souvent, une position assise statique prolongée dans une posture inadaptée. Pour préserver articulations et tendons, on organise son poste de travail en suivant ces conseils ergonomiques

Enfin, le télétravail et le reconfinement auront tendance à favoriser la sédentarité. On se force à effectuer régulièrement quelques mouvements d’assouplissement ou quelques pas dans l’appartement, on fait un peu de sport, notre corps nous en sera reconnaissant !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.